PROJET CARMEN/SHAKESPEARE - Compagnie Olga Mesa/Hors Champ/Fuera de Campo en COLLABORATION AVEC FRANCISCO RUIZ DE INFANTE

RÉSIDENCE DE RECHERCHE L-EST DU 31 MARS AU 5 AVRIL 2014 AU CCNFCB

PRÉSENTATION DE LA COMPAGNIE

https://www.facebook.com/OlgaMesaHorsChamp

http://www.ruizdeinfante.org/

L’histoire de la compagnie est intrinsèque à celle d’Olga Mesa, qui a fondé l’association Hors Champ/Fuera de Campo, et à son installation en Alsace, en 2005. La compagnie a depuis réalisé plusieurs créations et laboratoires à Strasbourg qui ont voyagé à travers l’Europe, et plus récemment en Amérique Latine et en Afrique. Si la compagnie Hors Champ/Fuera de Campo ne cesse de creuser les sillons de nouvelles créations, la diffusion de ses spectacles continue à se développer.

Son renforcement en 2012 par l’association avec l’artiste audiovisuel Francisco Ruiz de Infante donne des nouvelles perspectives aux projets chorégraphiques avec une dimension contextuelle et technologique soulignées.

Au-delà de la seule représentation, la compagnie voyage en France et à l’étranger pour partager ses créations. Il ne s’agit pourtant pas uniquement de diffusion de spectacles : il est également question de projets de longue durée, de résidences, de laboratoires, de conférences performatives qui tissent la toile d’une rencontre avec un public toujours plus grand, désireux d’entrer dans l’univers de l’artiste autrement que par la seule représentation sur un plateau.

PRÉSENTATION DE LA RECHERCHE

« CARMEN/SHAKESPEARE : ACTE Second (celui des Crash_test) »

Le projet CARMEN / SHAKESPEARE est le fruit d'un dialogue et d'une confrontation entre Olga Mesa et Francisco Ruiz de Infante né du désir d’établir un métissage audacieux entre différents territoires de création pour composer un objet à multiples facettes, générateur d’histoires : un opéra contemporain ?
La sonorité des sonnets d’amour de Shakespeare, alliée à celle de l’Opéra de Bizet (leurs multiples traductions versions et interprétations – parfois très contradictoires -) constituent le noyau explosif qui provoque et explicite des conflits de relations dans un monde (proche ou lointain) saisi par l’angoisse d’un futur incertain.

La production du projet va s’étaler sur quatre ans et, au fur et à mesure de son tissage, apparaitront différents formats et temps publics : quatre pièces chorégraphiques autonomes (les ACTES), des installations audiovisuelles, la création d’une plateforme internet associée au projet (www.lillas-pastia.net) et la mise en place de laboratoires de création. Si dans l’ACTE 1 du projet (« Celui du brouillard ») deux personnages invoquaient une présence qui n’arrivait pas… Dans l’ACTE Second (« Celui des Crash_test ») il s’agira d’interpréter un mythe qui n’est pas. Ou peut-être que oui ? Pour le savoir, il faudra faire quelques vérifications.

Si dans l’acte I de Carmen / Shakespeare il s’agissait d’invoquer une présence qui n’arrivait pas… Ici il s’agit d’interpréter un mythe qui n’est pas là. Ou peut-être que si ? Pour le savoir, il faudra faire quelques vérifications.

Dans ce nouveau volet du projet, de nombreux personnages seront présents dans la création, mais le temps de leur présence sera mis en doute. Quelques-uns d'entre eux seront sur scène, en images ou en sons, ils construiront, démonteront, éclaireront, parleront, feront résonner, enregistreront, observeront et seront observés. Les autres seront là, absents mais en direct (via des plateformes de communication) ou auront été filmés en amont. La différence de rapport au présent des uns et des autres ne sera explicitée à aucun moment. Ils sont là de façon fragile mais extrêmement présente avec toute l’ambiguïté générée par les relations amplifiés via la technologie, sans contact physique. Ils contamineront les espaces réels et les espaces virtuels du projet pour générer du doutes et de la mémoire davantage reconstitués que vécus… Ils seront là aussi pour démontrer s’ils sont capables d’incarner des mythes… Peut-être, pour produire et subir quelques « Crash Test » sans but précis.

BIOGRAPHIES

Olga MESA

www.olgamesa.eu

Chorégraphe et artiste visuelle, elle est une des figures clef de la danse contemporaine espagnole. Depuis les années 90, sa recherche d’une écriture du corps à la fois personnelle et renouvelée l’engage à affirmer la part de l’intime dans la représentation, par une construction alliant l’expression et la perception. Installée depuis 2005 à Strasbourg, elle fait de la caméra une complice grâce à laquelle conjuguer l’expérience de l’espace et la question du regard prolongeant le corps d’un outil de vision qui la fait devenir simultanément sujet et objet de ses créations.

Dans sa trajectoire internationale, elle développe un travail à caractère expérimental, délibérément à la lisière de la danse, de la performance et des arts visuels. Ses pièces scéniques se développent dans des projets thématiques : La trilogie du corps « Res, non verba » (1996-1999), le cycle en cinq mouvements « Más público, Más privado » (2001-2006), le projet « LabOfilm » (2010-2012) ainsi que la création, avec Francisco Ruiz de Infante, des 4 actes du projet « Carmen / Shakespeare » (2013-2016).

Francisco RUIZ DE INFANTE

www.ruizdeinfante.org

Artiste hors-format, il appartient à une génération dont la sensibilité est marquée par la rencontre et la confrontation des machines audiovisuelles avec les matériaux les plus simples, voire les plus quotidiens. Il jongle sans complexes entre la haute technologie et le bricolage d’urgence pour construire ses installations et ses films.

Dans son œuvre, il reconstruit la manière dont fonctionne la mémoire lorsqu’elle nourrit le présent : par saccades pleines d’erreurs d’information, ou comme un torrent d’images qui recommencent sans fin.
Francisco questionne quelques états éphémères (présent/passé/futur), quelques espaces instables, quelques paradoxes (mammifères aquatiques/mauvaises graines), plusieurs dualités faussement ressemblantes (réel/imaginaire), plusieurs journaux télévisés (ou pas) et plusieurs complexes accélérateurs de l’inconscient… parmi lesquels, évidemment le corps.

Claire SERRES

Née en 1988 à Paris, musicienne et chanteuse lyrique de formation, Claire Serres axe rapidement son travail vers la recherche sonore et plus particulièrement l'acte vocal. Diplômée depuis juin 2012 de la HEAR de Strasbourg, Claire Serres navigue entre Bruxelles, Strasbourg et Paris.

Elle questionne le plus souvent, sous forme de performance, de mise en scène, d’installation ou bien même de streaming live, la localisation de la source d’un son. Ses interventions tournent autour de phénomènes fictifs prenant à partie le spectateur, le plaçant comme l’un des rouages de la machine.
Claire Serres est membre active , du collectif PEZ-corp.
http://pez-corp.net/
http://www.sakasama.net/movingforest/

Tayeb BAYRI

Artiste visuel, né en 1986 à Casablanca (Maroc), Tayeb conçoit sa production comme un bureau d'étude audiovisuel dans lequel des homonymes occupent des champs, des chromies, des médium et des réseaux particuliers. Les principaux chantiers (auto-initiés ou commandés): "The Observer's Paradox", "TheOverwhelmingFeelingofStrange" et le "Programa de Investigación" se déploient en vidéo, livres, interventions in-situ, sites Internet, code, musiques, rapports d'activité, espaces virtuels...

Il est co-fondateur du collectif Pez-corp, du projet photographique labeur, du groupe musical BAZOGA des studios graphiques CNFSN et tetrasign. Ayant obtenu un double diplôme de master à la HEAR en design graphique et en art en 2011, il retourne à Casablanca Maroc en 2014.
http://ttttttt.info/
http://vimeo.com/mohamedtayebbayri
http://repertttttttoire.tumblr.com/

Christophe LEFEBVRE

Musicien professionnel depuis 1993, Il passe du côté de la technique en 2001.
Technicien Son, intervenant sur plusieurs festivals jazz.
Régisseur son et régie générale auprès de plusieurs compagnies dont la Cie Les Méridiens à Strasbourg.
Il travaille aussi la lumière notamment avec Olga Mesa depuis près de dix ans.

Sara VAZ

Née à Lisbonne en 1979, elle s'est formée au Conservatoire National de Danse de Lisbonne et à l'École de Danse de Genève, dirigée par Beatriz Consuelo. En 1996 elle fait partie de Núcleo de Formación de Eira, dirigé par Francisco Camacho y Carlota Lagido. En 2005, elle est sélectionnée pour participer au programme E.X.E.R.C.E du Centre Chorégraphique de Montpellier (France) dirigé par Mathilde Monnier.
En 2006 elle est invitée par Olga Mesa pour faire partie du groupe de création du projet labOratoire Le corps proche, dans le cadre de la résidence de la chorégraphe au Théâtre de Pôle Sud de Strasbourg (Francia).
Elle a collaboré comme interprète avec les chorégraphes Francisco Camacho, Tania Carvalho, David Miguel, Miguel Pereira et avec Olga Mesa pour la création La Danse et son double en 2006. Elle a participé comme assistante au spectacle Self de Carlota Lagido. Elle crée son premier solo comme chorégraphe-interprète, Odete-Odile en 2006, présenté au Portugal, en France et en Espagne.

Lidwine PROLONGE

Lidwine Prolonge est une artiste française dont les performances, installations et films sont pour la plupart tirés des imaginaires collectifs. Il s’agit de fondre les expériences dites ordinaires et les références cinématographiques ou littéraires dans des processus où le spectateur est partie prenante d’un système dont il est le coeur et le réacteur.
Elle est diplômée de l’Université Marc Bloch en 2003 et de l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en 2005, où elle a étudié au sein du Groupe Art3 spécialisé en vidéo et performance. En septembre 2013, elle a intégré le programme de recherche 5/7 de la Villa Arson à Nice.

Ses œuvres ont été montrées au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, au Centre culturel français d’Izmir en Turquie, à la Commission européenne à Bruxelles, lors de l’édition 2010 du festival ActOral et à Triangle à Marseille, à Mains d’OEuvres à Saint Ouen, à la Sorbonne, dans les galeries Marion Meyer Contemporain et LMD. Elle a participé à Suddenly, last Summer et au cabaret Hors Champs à Paris.
Le FRAC Champagne-Ardenne a acquis en 2007 son Mute Juke-box. En 2008, la galerie Interface l’invite pour sa première exposition monographique et elle crée, pour le FRAC Bourgogne, une adaptation en exposition du roman Mrs. Dalloway de Virginia Woolf à l’École d’art de Dijon. Elle fait partie du collectif de performeuses « Les Machines Désireuses ». En 2013, le metteur en scène Ludovic Lagarde l’invite à réaliser la création vidéographique sur La Voix humaine, tragédie lyrique présentée au Théâtre national de Luxembourg et à l’Opéra-Comique à Paris.
http://www.lidwineprolonge.com